Fiers !

News
Fiers !

Publié il y a 1 semaine par

Fiers !

Que dire de ce match à Cagnes sur Mer, de ce samedi, en Coupe de France ? Beaucoup de choses en fait…

Tout d’abord la venue en nombre de jeunes du club pour encourager les filles, ayant mis une excellente ambiance, toujours dans un bon état d’esprit, lors du match. Fidèles à ce que nous souhaitons voir au HBDC.

Ensuite, le terrain, où l’on a vu des choses que l’on aimerait ne plus voir sur un 40x20. Mais commençons par le commencement…

Avant la rencontre, une incertitude concerne Helena et son coude, douloureux depuis le match contre BTP. Mais on est bien concentrés dans le vestiaire, à l’écoute. On sent les filles prêtes à en découdre sur le match que Cagnes annonce comme étant « au sommet ».

Comme on le pressentait, les cagnoises proposent d’entrée une défense en 3-3, très agressive. Si l’on met quelques minutes pour s’y habituer, on sait surtout qu’il va falloir répondre au défi physique imposé.

Mais un 1er coup dur arrive dès la 3ème minute, avec la blessure au pouce de Manon P., obligée de sortir dès le début du match ! Killah prend sa place sur la base arrière, mais se blesse moins de 10 minutes plus tard à la cheville alors que l’on menait 6-5 !

Alison se retrouve donc à jouer sur la base arrière pour compenser ces 2 coups du sort sur nos joueuses cadres, elle qui joue d’habitude à l’aile (et fera une très belle prestation, comme la plupart de ses coéquipières). On change donc nos plans également en défense, Maja passant en 2.

Mais on ne se démonte pas, on repart de l’avant pour mener 10-7 à la 20’, malgré une défense adverse très rugueuse et une GB qui multiplie déjà les parades et les relances millimétrées. Les sanctions disciplinaires tardent à venir, malgré l’engagement défensif à la limite de l’acceptable.

Si nos 2 équipes sont encore au coude à coude à la 28’ (14-14), on loupe trop de tirs et on rentre au vestiaire avec 2 petits buts de retard : 17-15.

A la mi-temps, on insiste sur le fait de ne pas répondre, de rester concentrer. On sait que l’on va avoir du mal sur le manque de rotation de la base arrière, suite aux 2 blessures du début de match.

Le 1er quart d’heure de la seconde mi-temps va être catastrophique. On joue beaucoup sur les duels, on subit de nombreuses fautes mais on ne concrétise pas assez nos tirs et, surtout, on perd des ballons qui nous coûtent chers. Et en défense, on fait de nombreuses erreurs. Tout cela donne un avantage certain à Cagnes qui va nous mener jusqu’à +10 à la 47’ : 32-22.

En attaque, on se fait arracher les bras, pousser sur le côté ou dans le dos à chaque fois que l’on va au duel et que l’on passe. Les sanctions ne tombent pas assez à notre goût, on manque certainement d’objectivité. Mais on tente de rester dedans, de ne pas lâcher.

Et on sent que quelque chose se passe dans nos têtes. Cette équipe a des valeurs et des vertues. Les collinoises commencent à rattraper leur retard alors qu’il ne restait que 13 minutes à jouer. Si bien qu’à la 57’ minute on réussit l’impensable : on égalise à 36 partout !!! C’est le moment choisi pour une personne de la tribune de dire que les cagnoises « ne jouent pas la coupe »… multipliant pourtant les fautes très dangereuses sur nos joueuses. Helena, pour seul exemple, se faisant arracher le bras 4 fois en moins de 10 minutes (sans même une excuse...) ! Mais elle ne dit jamais rien, ne répond pas. Ni à celle qui a commis cette grosse faute, ni à l’arbitre. Beaucoup devraient s’en inspirer…

Malheureusement, sur 2 erreurs de notre part, après avoir laissé beaucoup d’énergies en route, on perd le match 38 à 37. Mais le groupe est très fier de ce qu’il a accompli dans un contexte des plus difficiles.

On va désormais panser nos plaies et tenter d’aligner une équipe compétitive pour les prochains matchs du championnat.

 

Le mot du coach :

« J’ai beaucoup de colère en moi. Le handball est un sport rugueux et de contact, je n’ai pas de souci avec ça. Mais les gestes que j’ai vu ce soir sont inadmissibles. Je ne comprends pas que l’on ne sanctionne pas plus ces gestes dangereux. Depuis le début de la saison la protection des joueuses n’est pas respectée et je trouve ça très regrettable. J’ai honte que nos jeunes aient pu voir ça et certaines attitudes dans la tribune. J’ai dit à mes filles, après le match, que j’étais extrêmement fier de ce qu’elles étaient et de ce qu’elles faisaient. »


toute l'association
Se connecter